rss geek

logo geek

C’est quoi un Geek?

Selon wikipedia:

Un geek (terme anglais se prononçant [giːk] ; il est parfois prononcé [dʒiːk]) est un stéréotype décrivant une personne passionnée, voire obsédée, par un domaine précis, généralement l’informatique.

L’archétype le plus célèbre du geek est celui du jeune (ou de l’adulte resté jeune) féru de sciences, de nouvelles technologies et de super-héros. Il s’étend aujourd’hui de plus en plus fréquemment au monde du jeu vidéo (particulièrement aux MMORPG), aux jeux de rôle ainsi qu’à l’univers fantastique littéraire et/ou cinématographique.

Selon l’Oxford American Dictionnary, l’origine du mot se trouve dans le moyen haut-allemand Geck, qui désigne un fou, un espiègle et du flamand Gek qui désigne quelque chose d’étrange, de ridicule, un fou de carnaval.

Dans le Nord et l’Est de la France, on trouve le mot patois Gicque qui désigne un fou de carnaval. En Alsace, lors des défilés de carnaval, on porte des Shellekapp, Gickeleshut ou bien des Bonnets de Gicque, avec des pointes et des clochettes. Lors des bals du Carnaval de Dunkerque, on danse des Rondes de Gicques.

Au XVIIIe siècle, dans l’Empire austro-hongrois, les cirques ambulants présentaient déjà des Gecken, des monstres de foire, personnes avec des déformations, femmes à barbe, etc. De nombreux arrêtés municipaux interdisent à ces bateleurs de pénétrer dans les villes avec leurs monstres ou les obligent à les faire coucher avec les bêtes dans les granges.

Vers la fin du XIXe siècle, en Amérique du Nord, dans les foires, on a commencé à présenter des Geeks dans les side-shows, ces expositions annexes aux spectacles de cirque. On y présentait souvent des freaks c’est à dire des monstres de foire, des personnes ayant un handicap étrange ou une déformation physique vraie ou fausse.

Geek
Dans ce « bestiaire », le geek était souvent une personne handicapée mentale (Syndrome de Down) ou bien un artiste de cirque ne pouvant plus participer aux numéros habituels. Il se tenait généralement nu, dans une cage, couvert de boue, vêtu de peaux de bêtes et rugissait et secouait les barreaux de la cage pour effrayer les visiteurs ayant payé pour le voir. On le présentait comme le « chaînon manquant », comme l’« homme sauvage » capturé en forêt. Parfois on lui faisait égorger ou décapiter des poulets avec ses dents et le geek devait faire semblant de boire leur sang.

Dans sa trilogie romanesque The Deptford Trilogy, l’auteur Robertson Davies décrit sa rencontre avec un artiste de cirque alcoolique que l’on force a faire le geek dans une cage.

Aux États-Unis, le terme va ensuite être appliqué aux gens décalés et bizarres, qui ne s’intègrent pas dans la société. Dans les années 1920, des auteurs comme Meyer Levin, Upton Sinclair ou Truman Capote utilisent le terme pour désigner des hommes solitaires et un peu fous que l’on peut voir rentrer chez eux, les vêtements négligés, les cheveux en désordre et absorbés dans leurs pensées.

Dans Tennessee Waltz de Nic Franton, le héros dit, en parlant d’Albert Einstein : « Look at this guy’s hair, what a geek ! » (« Regarde la coiffure de ce mec, quel gicque ! »).

On attribue également une origine militaire au terme qui serait l’acronyme de General Electric Engineering Knowledge (« connaissances générales en ingénierie électrique »)

Ce n’est que vers les années 1960, avec le développement des calculatrices et des ordinateurs, que le terme a commencé à s’utiliser pour parler des « forts en maths » et autres « intellos » en science et technologie qui – dans les lycées et les universités – ne s’intéressaient pas au sport et aux surprise-parties comme leurs camarades.

« Au départ, le terme vient de l’américain freak, monstre de foire », explique David Peyron, réalisant une thèse en sociologie sur la culture geek. « Dans les lycées, c’étaient les intellos mis de côté. Des intellos en sciences et nouvelles technologies. Comme ils étaient isolés, ils se sont réfugiés dans des mondes imaginaires. ». Le terme est voisin de l’argot estudiantin polar (« polarisé »).

Aujourd’hui ce terme qui désignerait plutôt un accro aux nouvelles technologies (non péjoratif, voire flatteur ; dans le pire des cas geek est un terme pour taquiner gentiment un fou d’ordinateur), ce qui est relativement éloigné de la définition originelle. Le terme geek possède donc plusieurs définitions, mais la même étymologie.

Un commentaire to “C’est quoi un Geek?”

  1. Frenchy Says:
    juillet 29, 2008 at 2:51

    Interessant…
    Je reconnais une grande partie de mon CV, le coté romantique en moins 😉

Faire un commentaire pour "C’est quoi un Geek?"