rss geek

logo geek

Pinterest, nouvelle addiction en ligne

Le web réserve encore bien des surprises. Pour preuve, la récente explosion du réseau social de partage Pinterest aux USA dans des catégories sociales inattendues. Présentation et réflexions autour de cette jeune start-up américaine…

Lancé en toute discrétion courant 2010 par la combinaison magique moderne, un ingénieur, un graphiste et un financier, anciens employés de Facebook ou Google, Pinterest a connu ces six derniers mois une explosion de fréquentation sans précédent. Une croissance de + 4000 %, vingt millions d’utilisateurs, douze millions de visiteurs uniques, le site – pourtant toujours en phase de test sur invitations – a battu certains records détenus par Twitter ou Facebook. Encore plus étonnant, pour une fois le coeur de cible de départ ne se situe pas dans les jeunes élites aisées de New York ou Los Angeles, mais plutôt chez les mères de familles du Midwest ou les professions libérales créatives. Une belle anomalie, comme l’internet en invente régulièrement, basée sur un concept atypique et un site graphique grand public.

Le site Pinterest s’imagine tableau de liège virtuel où l’on partage ses découvertes ou contenus favoris glanés lors de ses innombrables heures de surf. Merveille d’ergonomie intuitive, l’utilisateur épingle en un clic puis regroupe en thématiques images, photos, recettes, looks, bâtiments, idées déco, animaux, etc. S’il n’est pas étonnant de voir une multitude d’architectes, cuisiniers, designers, photographes s’emparer du service à des fins professionnelles, la surprise vient de son audience féminine américaine (80 %) de plus de 35 ans. Il ferait même un carton chez les Mormons, un phénomène expliqué par Gawker.com pour « leur tendance à cultiver et diffuser l’image du bonheur domestique ». En y réfléchissant après coup, rien de plus logique et pratique que Pinterest pour organiser un mariage ou un voyage, redécorer sa maison, renouveler son style vestimentaire, compiler ses plats à cuisiner, ou plus généralement sauvegarder ses inspirations. Le mur se construit à notre image, nos envies, nos goûts. Un espace intime où, à l’inverse de la plupart des réseaux sociaux, la popularité et le buzz ne sont plus une finalité. La curiosité insatiable de l’humain et son penchant naturel pour la collectionnite aigue se voient nourris sur Pinterest par sa communauté mondiale active et surtout très impliquée : 80 % des pins sont repinnés ! Enfin, autre atout, et non des moindres, en se souciant uniquement des centres d’intérêts de ses utilisateurs, leurs vies privées sont préservées, les échanges, partages, commentaires entre membres n’impliquent plus de dévoiler ses photos personnelles, ses enfants, son statut marital, sa religion, son parcours professionnel… Souvent gage d’un succès futur et durable, Pinterest se révèle ce fameux bac à sable où chacun y trouve son utilité personnelle. Néanmoins, ils vont devoir vite régler les problèmes de droits d’auteur liés aux innombrables images copiées et épinglées sans autorisation, sous peine de voir tout leur écosystème s’écrouler aussi vite qu’il est apparu.

 

2 Commentaires to “Pinterest, nouvelle addiction en ligne”

  1. lionel Says:
    avril 24, 2012 at 20:11

    Bonjour,

    Pinterest commence vraiment à cartonner. D’ailleurs beaucoup ont abandonné Google + pour se diriger sur Pinterest.

    amicalement

  2. Jeanne@banque en ligne Says:
    juin 6, 2012 at 18:44

    Pinterest est le nouveau bébé du web et il menace vraiment les autres médias sociaux. La question que je me demande est de savoir si Google ne va pas le racheter vu que c’est de ses concurrents.

Faire un commentaire pour "Pinterest, nouvelle addiction en ligne"