rss geek

logo geek

Facebook, à qui profite la Timeline?

En perpétuelle évolution depuis son ouverture au public en septembre 2006, Facebook s’est néanmoins décidé à modifier intégralement la structure de ses pages en imposant son “journal”, une nouvelle vision toujours plus complète de la vie sociale virtuelle de ses 800 millions d’utilisateurs. Mais derrière la poudre aux yeux graphique, à qui profite réellement cette révolution ?

Terminé, l’interface vieillotte basée sur la structure verticale des blogs avec apparition des nouveautés par le haut. Fini, les statuts condamnés aux oubliettes sous le fastidieux “scrolling” page par page. Sur Facebook, place à la hiérarchisation de l’information personnelle avec lecture gauche/droite sur une ligne chronologique verticale pouvant remonter jusqu’à la naissance. A la créativité personnelle, par le biais d’une interaction sur les deux cadres photo (un grand panoramique, un petit carré). Au “pin post” emprunté à Twitter et Pinterest, la mise en avant éphémère du statut, photo ou lien partagé essentiel du moment. CV d’un nouveau genre, Journal souhaite présenter le meilleur de nous-mêmes, embelli par notre mémoire sélective plus ou moins consciente. « Entre l’histoire et la légende, imprimez la légende » : n’est-ce pas, James Stewart et John Ford ? Tout est mis en oeuvre par les ingénieurs de Mark Zuckerberg pour se laisser aller à dévoiler sa biographie complète (classée par années et mois, des premiers pas jusqu’au présent, et de préférence géolocalisée), son parcours professionnel, son évolution culturelle, ses habitudes de vacances : Facebook veut tout savoir. Bien entendu, personne ne nous oblige à remplir les cases vides, mais tout est là, joli, à disposition…

Tentant, forcément. Néanmoins, pas de méprise possible, le seul objectif réel réside dans la récolte d’un maximum d’informations pour toujours mieux cibler son audience en publicité et augmenter son chiffre d’affaire de façon exponentielle. Nos conseils “vie privée” Certes plus conviviale, cette Timeline, son nom original, révèle son lot de nouveaux problèmes de configurations si l’on n’a pas envie de tout dévoiler à tout le monde… et bientôt aux moteurs de recherche. Il faut tout d’abord vérifier que cette dernière ne rend pas publics des vieux statuts, photos compromettantes ou ralliements à des groupes débiles qui étaient à la mode à la fin de la dernière décennie. En effet, si vous en doutiez, sachez-le pour de bon : rien n’est perdu avec Facebook, tout est stocké. Une fois le Journal installé, absolument tout remonte à la surface. Profitez donc des avantages de sa nouvelle ergonomie irréprochable et faites le ménage à la chaîne. Sept jours sont à disposition afin de régler les paramètres de confidentialité et mettre en place à sa guise ses informations, avant que le nouveau profil ne soit rendu public. Après, pas de machine arrière possible… Une fois adopté, c’est pour la vie. Enfin, gare aux futures applications frauduleuses promettant de revenir à l’ancienne version, promptes à infecter et détourner les comptes à des fins malhonnêtes.

Un commentaire to “Facebook, à qui profite la Timeline?”

  1. ericb Says:
    mai 24, 2012 at 15:47

    inutile de luter, lorsque facebook fmet a jour son interface, mieux vaut s’y habituer tout de suite, meme si au début j’avoue que j’ai eu du mal avec cette timeline

Faire un commentaire pour "Facebook, à qui profite la Timeline?"